S’appuyer sur le digital pour faire du transport un élément essentiel de l’expérience client

Blog » Digitaliser ses transports » S’appuyer sur le digital pour faire du transport un élément essentiel de l’expérience client

Une crise sanitaire mondiale, une pénurie de main d’œuvre croissante partout en Europe, des besoins de transport de plus en plus prégnants… Face à un secteur en tension, industriels et chargeurs s’appuient sur la digitalisation et le TMS pour assurer une expérience optimale à leurs clients.

 

Avant la crise Covid, le marché des solutions digitales dédiées au transport affichait une croissance de 5 à 10 % par an. Aujourd’hui, après plusieurs mois de blocages et face à une demande forte, elle atteint 20 à 25 % par an.  Renforcée par les pénuries de conteneurs et de main d’œuvre, la digitalisation s’accélère fortement. C’est dans ce contexte que les chargeurs – industriels et distributeurs – ont réalisé, de façon parfois brutale, l’enjeu essentiel que représente la bonne marche d’une chaîne de transport. Et ce qu’il s’agisse de délai, de coût, de risque, de résilience mais aussi de CO2. La livraison est donc désormais perçue, à juste titre, comme un élément prépondérant de l’expérience client. Mais pour répondre à ces enjeux multiples, il est nécessaire de maîtriser ses flux, de bout en bout de la chaîne et ce quelle que soit sa complexité.

 

Et cette maîtrise passe avant tout par un facteur de taille : la collaboration entre la diversité d’acteurs qui compose la supply chain transport. Des sujets justement au centre des solutions digitales proposées par les éditeurs du secteur. Plateforme collaborative de transport ou TMS, ces logiciels s’adressent aux grands groupes ou aux PME et ETI en version plus légère et agissent sur tout type de flux et de mode de transport.

 

Agir sur l’optimisation, la visibilité et l’organisation du transport

 

Et si le digital n’a malheureusement pas la possibilité d’inventer des capacités de transport, il permet d’utiliser au mieux celles qui auront pu été trouvées malgré la crise.  Ainsi, le logiciel de transport TMS agit sur trois niveaux d’actions. Le premier permet de faire un meilleur usage de ses capacités et de remplir au mieux ses conteneurs au moyen notamment de modules d’optimisation dédié. Groupage des commandes, calcul de tournées… Ils permettent d’obtenir des gains en termes de coûts du transport entre 5 et 10 %, voire chez certains utilisateurs jusque 15 %. Ces éléments sont ensuite partagés avec l’ensemble des acteurs de la supply chain, pour accéder à un second niveau d’optimisation.

 

Celui-ci agit quant à lui sur la visibilité et le partage de cette dernière. Collaborer avec les différents acteurs de la supply chain, rechercher de l’information et la rendre active sont parmi les atouts du TMS. Cette recherche et cette analyse de données transport permettent in fine de mieux mesurer la qualité de service offerte aux clients et de leur transmettre les informations qu’ils recherchent, tout au long de la chaîne supply. Ainsi, un lien permanent est établi entre le transport et le produit. Dernier niveau d’action offert par les solutions digitales de transport : une meilleure organisation globale des flux nationaux et internationaux. Utiliser un TMS digital agit ainsi directement sur le pilotage stratégique des opérations, en offrant la possibilité de repenser son sourcing, de calculer le prix de revient complet des produits ou bien encore de ses émissions de CO2.

 

Planification, collaboration, visibilité, maîtrise des coûts et du CO2, pilotage et mesure qualité de service sont au cœur de la digitalisation du transport offerte par le TMS de DDS Logistics. Qu’ils soient connectés ou indépendants les uns des autres, ses différents modules permettent d’agir durablement sur l’optimisation des opérations qu’elles soient nationales ou internationales.

 

Tags : , ,