Comment impliquer son écosystème pour digitaliser son transport ?

» Blog » Blog » Comment impliquer son écosystème pour digitaliser son transport ?

Dans le monde du transport, impliquer son écosystème et collaborer avec l’ensemble de ses partenaires sont des enjeux majeurs pour une entreprise. Ces projets de collaboration intègrent bien évidemment les transporteurs, premiers acteurs impliqués, mais pas seulement. Toutes les parties prenantes de la chaîne de transport sont concernées, du destinataire à l’expéditeur.

L’objectif d’un écosystème impliqué ? Faire adhérer cet ensemble dans cette démarche de collaboration, en soulignant son importance stratégique liée à la maîtrise et la performance de ces chaînes de transport.

L’importance d’impliquer son écosystème pour le process transport

Désormais, dans le B2B, à l’instar du e-commerce, l’attente des clients s’intensifie autour de la performance, la qualité et la fiabilité de l’ensemble des livraisons. Pour atteindre cet optimum, la collaboration est devenue un enjeu majeur. Et ce, sur tous les maillons du process transport en impliquant dès le départ, l’ensemble des acteurs.

Les différentes étapes d’une chaîne de transport

À travers les étapes essentielles d’une chaîne de transport, l’objectif est de faire travailler ensemble, tous les acteurs, de l’expédition à la livraison. 

  • Communiquer à ses différents partenaires les ordres de transport.
  • Effectuer la prise de rendez-vous.  
  • Assurer la visibilité.  
  • Gérer la partie financière, le contrôle des coûts et des factures. 

Sur l’ensemble de ces étapes, l’enjeu permanent est de faire travailler au mieux, les différents partenaires. 

Fédérer son écosystème autour de son projet : essentiel et complexe à la fois

Ce travail de collaboration peut s’avérer complexe pour plusieurs raisons. D’une part, car il y a davantage d’acteurs externes à l’entreprise, qu’internes, et qu’il est crucial d’impliquer ces partenaires extérieurs en prenant en compte la diversité de leurs besoins et de leurs activités. D’autre part, parce que le domaine du transport est encore très peu digitalisé. Pour autant, ces « freins » sont aujourd’hui maîtrisés en termes de process et de mise en œuvre.

Les conseils pour fédérer son écosystème autour de son projet : quelles sont les bonnes pratiques pour assurer ce bon fonctionnement ?

Pour assurer l’implication de son écosystème, il existe un ensemble de bonnes pratiques qui permettent ce fonctionnement vertueux entre les acteurs du transport. Pour ce faire, il convient de travailler sur 3 plans : la gestion du changement, la définition du rôle de chacun et le pilotage de la collaboration.

1. La gestion du changement

La mise en place d’un projet suppose d’intégrer au plus tôt, l’ensemble des intervenants, qui doivent être partie prenante de la conception du process, dès le début du projet. Expéditeurs, transporteurs, fournisseurs et clients finaux collaborent tous activement à la supply chain. Ces derniers n’ont pas tous les mêmes besoins, attentes et utilisations d’outils, il convient donc au chef de projet d’adopter un discours agile pour répondre à toutes les problématiques. Fédérer son écosystème suppose de bien maîtriser son activité et de connaître parfaitement les acteurs qui en font partie. La gestion du changement se base donc sur une règle d’or : communiquer.

2. Lever les freins à la collaboration

La difficulté réside dans le fait de fédérer vos fournisseurs, transporteurs et clients. L’un des premiers facteurs-clé de l’acceptation du changement est la sensibilisation, afin de faire adhérer chacun des acteurs et les accompagner. Éviter l’effet de surprise est donc primordial pour rassurer vos partenaires. Votre discours doit par ailleurs être adapté à l’ensemble des acteurs.

Pour fédérer son écosystème autour de son projet et former les utilisateurs à l’outil, différentes étapes existent : sessions de présentation, de journées dédiées, d’échanges sur les craintes et les appréhensions, et de réunions de sensibilisation, est judicieuse… À l’instar de la mise à disposition de l’application dédiée, des formations en ligne ou autres ateliers de prise en main de l’outil.

En parallèle de ces actions, les prestataires les plus motivés au changement pourront ensuite être vos représentants. Les acteurs convaincus des avantages de cette nouvelle collaboration seront ainsi, vos meilleurs ambassadeurs.

Enfin, pour adapter les moyens de traitement de l’information à chaque secteur, offrir une multitude de solutions aux acteurs équipés de TMS comme à ceux dépourvus d’outils adaptés est essentiel pour permettre la collaboration. Application mobile et portail web collaboratif sont autant de solutions technologiques simples d’utilisation qui permettront d’embarquer l’ensemble des acteurs, en levant les freins de la difficulté digitale et technologique.

3. La définition du rôle de chacun

L’objectif ici est de clarifier et préciser les rôles des différents acteurs dans cette chaîne. C’est le cas en particulier des prestataires transporteurs. Qu’attendez-vous d’eux ? À quel moment du process ? À quelle fréquence ? Quel délai de réponse fixer ? Les attentes doivent être précises et les négociations tarifaires clarifiées autour du niveau de service attendu. Quand les acteurs sont embarqués et le process mis en route, l’idée est de mettre noir sur blanc le rôle, les attentes et le niveau de service de chacun.

4. Le pilotage de la collaboration

Il permet la mise en place de solutions pour pérenniser la collaboration, tout en restant évolutif en fonction des changements dans l’organisation et des personnes. Le pilotage régulier consiste à suivre les engagements de vos prestataires, prévoir des rendez-vous périodiques et bien sûr, inclure le suivi de la collaboration dans la revue de la performance.

banner-replay-ecosysteme

Les gains apportés par les projets de collaboration autour du transport

Les gains pour les expéditeurs

  • Amélioration du service client : informations de tracing partagées par les transporteurs et visibilité sur les livraisons et commandes en cas de problèmes.
  • Amélioration et mesure de la performance de livraison.
  • Productivité et travail à distance : affrètement et planification des enlèvements, digitalisation des échanges et gestion par exception grâce aux notifications.
  • Réduction des coûts de transport : éviter la facturation des temps d’attente.

Les gains pour les destinataires

  • Maîtrise et visibilité de la logistique avec vos fournisseurs : visibilité des commandes reçues.
  • Réduction du risque de ruptures de produits.
  • Gains de productivité : livraisons sur rendez-vous, planification des réceptions en entrepôts, digitalisation des échanges.
  • Sécurité : le conducteur ou sous-traitant est connu à l’avance.

Les gains pour les transporteurs

  • Transporteurs équipés d’un TMS : échanges EDI même avec les petits chargeurs.
  • Facilité de communication avec les chauffeurs : application mobile pour transmettre et suivre les ordres de transport.
  • Travail à distance et productivité : digitalisation des échanges.
  • Réduction des temps d’attente des chauffeurs.

Gain de productivité, réduction des coûts, réduction des risques, amélioration du service client, amélioration et mesure de la performance et sécurité… Les bénéfices de la collaboration sont nombreux et partagés par l’ensemble des acteurs de la chaîne du transport.

Lire plus d’articles :

Télécharger l’article

Tags : , , , , ,