Le vrai prix du transport

» Blog » Blog » Le vrai prix du transport

Combien coûte le transport ? Si peu de consommateurs se posent la question, considérant le service de livraison comme gratuit, les professionnels du secteur sont eux chaque jour confrontés à cette problématique de coût. Quel que soit le mode de transport, sa nature ou la qualité de service attendue, le transport a un prix. Zoom sur les éléments de compréhension et d’optimisation de ce dernier.

Qui paie ? Quel montant ? Pour quel service ? Le monde du transport est vaste et complexe. Il intègre un large écosystème d’acteurs, d’enjeux et de services. En ce sens, la question de l’estimation du prix de transport peut être comparée à une pièce à double face.

D’un côté, une vision axée consommateur final, considérant le transport toujours trop cher car convaincu qu’il doit être gratuit. De l’autre, une vision opposée, celle du chargeur, au fait de la véritable valeur de la prestation et donc de son prix. Conscient que ce dernier n’est plus le seul critère de choix dans les prestations de transport, les chargeurs y intègrent désormais la notion de services, de capacité, de visibilité, de transmission d’information mais également d’environnement.

Seulement, au quotidien, les situations varient selon des équilibres de marché et des modes de transport bien différents. Si l’équilibre est aujourd’hui globalement satisfaisant sur routier, la situation est encore anormale sur l’aérien et le maritime. Enfin, le marché adressé est également déterminant. La logistique et les unités d’œuvres sont différentes selon que l’on soit sur le B2B* ou le B2C**.

Appréhender les coûts globaux d’une chaîne de transport

Pour appréhender les coûts de la chaîne transport, il convient tout d’abord de maîtriser et de sécuriser cette dernière. Connaître ses partenaires et leur capacité à opérer, assurer la livraison et le suivi des marchandises en temps et en heure, déterminer les niveaux de services attendus puis y mettre en face un prix. Car le transporteur ne vend pas seulement un trajet de palettes ou de colis sur une distance donnée, il offre un service global. En ce sens, la manipulation de l’information est désormais une attente forte des chargeurs. Le chargeur peut ainsi mettre à disposition de ses transporteurs des outils technologiques tels que les plateformes ou applications mobiles afin de faciliter leur gestion. Mais la gestion de ses données représente une charge pour le transporteur qui doit être intégrée à son prix et dont la marge doit être calculée et répercutée tout ou partie au chargeur.

Parallèlement, pour calculer le coût global de leurs opérations, importateurs et exportateurs se doivent d’intégrer le prix d’achat de leurs produits et de leurs coûts logistiques. C’est notamment en identifiant les meilleures sources d’approvisionnement et en maîtrisant leurs marges que ces derniers assurent leur rentabilité. Des actions tels que le groupage des commandes en conteneurs ou en camions, des simulations sur les meilleurs itinéraires ou partenaires transporteurs peuvent par ailleurs aider à mieux maîtriser les coûts de ses process de transport.

L’usage de logiciels TMS et de plateformes collaboratives dédiés au transport

La crise sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 a souligné l’importance des notions de fiabilité et d’efficacité opérationnelle mais également du retard de beaucoup d’entreprises en matière de digitalisation. Et pourtant, cette transformation numérique est non seulement bénéfique pour la réduction des coûts, mais représente également un investissement rapidement rentabilisé. Et surtout, de nombreuses solutions sont disponibles sur le marché. Si elles répondent d’abord à la volonté de maitriser les process, d’accroître la collaboration entre les différents acteurs de la chaîne et d’apporter une vision complète sur l’ensemble des flux ; elles entraînent indubitablement des gains et un ROI rapide en termes de qualité de service, de budget, d’émissions de transport et de productivité.

Des fonctionnalités de la solution de DDS Shipper telles que la gestion par exceptions, l’automatisation du contrôle facture ou l’optimisation du remplissage des camions multiplient par deux la productivité chez certains clients, à équipe constante. On constate des profits de 3 à 8 % sur le budget transport. Plus globalement, la digitalisation du transport améliore la productivité des équipes de 10 à 50 % et permet de réduire le budget d’achat de prestations de transport de 5 à 15 %.

Des gains durables pour les acteurs du transport

Longtemps considérées comme coûteuses, les solutions digitales de gestion du transport se sont démocratisées et adaptées aux besoins des grands comptes, mais aussi à ceux des PME. En version light, composées de différents modules selon les métiers et les secteurs ; ou bien tout simplement sous forme d’applications mobiles, ou plateformes collaboratives telles que Join2ship. Les solutions digitales s’adressent aujourd’hui à toute taille d’entreprise. Chargeurs et transitaires bénéficient ainsi d’une tour de contrôle de leur supply chain tout en simplifiant les échanges avec les transporteurs. Ils offrent à leurs clients une visibilité end-to-end sur l’ensemble du process. Ils anticipent les retards, les ruptures de production, de livraison et disposent de leviers pour mettre en place des solutions alternatives et garantir une qualité de service constante à leurs clients finaux.

Autre impact positif, celui sur l’environnement. Vitesse de rotation, taux de remplissage des camions, réduction des émissions sont des vertus permises par l’usage d’un logiciel TMS transport. Et cet impact est également favorable à la maitrise des coûts. Des arguments écologiques et économiques que les chargeurs ont intégrés, en témoigne leur engagement croissant dans des démarches ; telles que celle initiée par l’ADEME et l’AUTF : Fret21. Enfin, ces logiciels transport permettent également d’optimiser l’organisation et les schémas transport à long terme. Ils disposent de tableaux de bord et fournissent des indicateurs clés de performance aidant à la prise de décision. Ordonnancement des flux et opérations, analyse des coûts par typologie de produits, pays ou fournisseurs sont des leviers d’amélioration durables offerts par les logiciels TMS.

B2B* : business to business. Entreprise à entreprise 
B2C** : business to consumer :  de l’entreprise au particulier 

D’autres articles qui pourraient vous intéresser…