+33 (0)1.53.58.35.80 ddsparis@ddslogistics.com
Communiqués par année
Documentation en ligne

Veuillez trouver ici les documents que vous pouvez télécharger au format PDF :

Tribune Libre : L’apport d’un TMS pour les directions financières

La réduction significative du coût du transport généré par l’utilisation d’un TMS n’est pas uniquement profitable aux directions supply chain. Par le biais d’une plus grande collaboration, elle l’est également pour les directions financières qui peuvent en tirer, elles aussi, des bénéfices considérables.

Afin de mettre en lumière ce gisement d’économies encore trop peu exploité, Jérôme Bour, Pdg de DDS Logistics, identifie trois leviers majeurs.

La maîtrise du coût complet

D’une façon générale, les directions financières n’ont que très peu de visibilité sur la composante transport du coût de service d’un client (cost to serve) ou du coût complet d’un produit. Elles pourraient pourtant obtenir dans leur comptabilité analytique la vision réelle et détaillée du coût du transport.

Tout d’abord, un TMS peut donner un coût de livraison pour chaque client, un outil précieux pour s’assurer que les conditions de livraison négociées n’absorbent pas la marge.

De plus, un TMS peut fournir une vision analytique du coût de revient transport par produit livré ou acheté, pour calculer un coût complet au produit. C’est le cas notamment des achats internationaux, pour lesquels le transport est une part importante du coût complet : le TMS donne ainsi le moyen de comparer les propositions tarifaires de fournisseurs de pays différents sur la base du coût complet et de fixer le plus correctement possible ses prix de vente. Directions financières et supply chain travaillent ainsi main dans la main sur une vision détaillée des coûts, le tout dans une logique continue d’analyse des marges.

La vision du stock

La supply chain est de plus en plus longue et complexe : internationalisation des échanges, multiplication des références produits et des acteurs, obsolescence rapide des produits… Tout ceci rend difficile une vision des stocks de bout en bout, en particulier des stocks flottants (ou roulants !).. Le TMS offre cette visibilité au moyen d’un système de tracing détaillant les quantités de produits à chacune des étapes de transport. Une fois la juste mesure du stock évaluée, le TMS permet également de fiabiliser les délais d’approvisionnement fournisseurs et livraison.

Et ainsi, à l’usine ou au magasin, la confiance donnée sur les délais permet de réduire les stocks de sécurité. Et tandis que la direction supply chain travaille à l’optimisation du transport, la direction financière, elle, peut en mesurer l’impact sur la réduction du BFR.

La gestion du contrôle des factures

Un troisième levier d’amélioration pour les directions financières est l’automatisation du contrôle des factures de transport. En effet, il est très difficile pour une direction financière de contrôler en détail ces factures, qui comprennent de nombreuses ajustements (gasoil, BAF CAF, pénalité sur retard, etc.). Grâce à l’utilisation du TMS, le contrôle des factures est tout simplement automatisé et fiabilisé, avec des pré-factures contrôlées directement par les transporteurs. Il est maintenant possible d’aller plus loin dans cette gestion, jusqu’à une dématérialisation des factures, contrôle automatique au détail des prestations et déversement direct en comptabilité. Et les gains sont au rendez-vous : baisse des coûts et productivité en hausse !
Le TMS permet par ailleurs de réaliser des actions de simulation, facilitant et fiabilisant les travaux budgétaires. Les directions financières sont ainsi plus efficaces sur la constitution d’un budget fiable mais aussi dans le contrôle des factures du transport.